17 janvier 2017 admin-kottmann

Le mieux est l’ennemi du bien

Il y a maintenant plus d’une décennie, j’avais appris une leçon dont je pensais me souvenir mais qui m’est revenue il n’y a pas si longtemps de cela ! Cette leçon sonne comme un titre « Le mieux est l’ennemi du bien »

Je travaillais à l’époque chez KOMPASS annuaire des entreprises et vendais des emplacements publicitaires afin de promouvoir le savoir-faire des entreprises du secteur BtoB. J’étais nouveau dans l’entreprise et rencontrais déjà mes premiers succès. Fort de ce constat, je m’étais préparé une présentation commerciale à grand coup de PowerPoint très motivé par celle-ci ! Je l’ai présenté à mon patron avant notre RDV chez le prospect. Alors que je m’attendais à des félicitations concernant ma « Super présentation » qu’elle ne fut pas ma surprise de voir celui-ci grimacer en la regardant et finir par me dire : « Christian, tu en fais de trop. Sache que le mieux est l’ennemi du bien »

C’est un travers que je pensais à tort m’être débarrassé. Récemment, j’en ai fait l’amère expérience. Effectivement, j’ai fait preuve de non discernement pensant que l’impossible était possible au travers l’expérience que voici :

Un client me confia la mission de faire du « Coaching terrain » avec l’ensemble de ses commerciaux afin de dresser un constat, une analyse et une synthèse incluant des pistes d’un/des programme(s) de formation aux techniques de vente. Après entente avec mon client sur l’établissement d’un programme de deux jours. Cédant à une pression que je me suis mis tout seul, je fis l’erreur d’en faire le maximum avec un soin infini tant sur le contenu que sur les exercices pédagogiques sans me rendre compte que j’en faisais trop voulant « TROP BIEN FAIRE ».

Je frôlais la catastrophe mais pu l’éviter à temps ! Les commerciaux estimant avoir une formation trop académique. Je vous avoue bien volontiers que mon amour propre en prit un coup. Partant du principe que celui qui n’accepte pas la critique n’avance pas, je fis un point sur cette formation et en fis la conclusion suivante :

  • Traite la demande réelle et non le besoin exprimé seulement !
  • Trouve les stimulations et non les motivations des gens et traite les !
  • Assure-toi qu’ils aient bien compris l’intérêt de ton produit/service et surtout l’impact « POSITIF » que ceux-ci auront dans leur vie

Et vous chers amis où se situe dans vos relations avec vos clients « votre bien, votre mieux et son excès pour finalement atteindre ce que retiendra votre client l’excellence ! L’effet WAOUH !